Tout savoir sur le RAP, suivi des marchés et pause durant l’été

Paradmin

Tout savoir sur le RAP, suivi des marchés et pause durant l’été

Tout savoir sur le RAP

Avec le 1er juillet et les déménagements, nous avons pensé à faire un retour sur le RAP (Régime d’Accession à la Propriété) suite aux changements intervenus en 2019. Pour rappel, le RAP vous permet de retirer l’argent de vos REER sans devoir payer d’impôt pour l’utiliser pour l’achat d’une propriété.

Comment être éligible au RAP

Pour pouvoir faire un RAP, vous devez respecter les conditions suivantes :

  • Être considéré comme un premier acheteur :
    • Ne jamais avoir été propriétaire d’une résidence
    • Ne plus être propriétaire depuis 4 ans et d’avoir un solde à 0 en début d’année d’un RAP précédent
    • Rupture du mariage ou de l’union de fait depuis une période minimale de 90 jours et que vous achetez tout seul
  • Avoir une entente écrite pour acheter ou construire une habitation
  • Être résidant du Canada lorsque vous retirez des fonds de vos REER au titre du RAP, et ce, jusqu’à la conclusion de l’achat ou de la construction d’une habitation
  • Avoir l’intention d’occuper l’habitation admissible comme lieu principal de résidence dans l’année suivant l’achat ou la construction
  • Avoir l’argent dans son REER depuis 91 jours pour pouvoir les retirer

Fonctionnement du RAP

Une fois que nous avons confirmé que vous êtes éligible au RAP, vous pourrez retirer jusqu’à un maximum de 35 000$ de votre REER. Si vous achetez avec votre conjoint(e), vous pouvez retirer chacun jusqu’à 35 000$, soit 70 000$ pour votre couple. Voici comment procéder :

  • Compléter le formulaire T1036
  • Faire la demande de retrait de vos REER en joignant le formulaire T1036

Par la suite, vous aurez un délai de 2 ans avant de faire le remboursement de votre RAP. Si vous faites votre RAP en 2021, la première année de remboursement sera 2023. Le remboursement se fait sur une période fixe de 15 ans ou il vous faudra cotiser à un REER. Si vous avez fait un RAP de 35 000$, il vous faudra cotiser la somme de 2 333.33$ dans vos REER. Si vous ne le faites pas, ce montant s’ajoutera à vos revenus et vous serez imposé en conséquence.

Le remboursement du RAP ne vous donne pas droit à un retour d’impôt et ne vient pas diminuer votre droit de cotisation annuel.

Stratégie pour optimiser le RAP

Il existe quelques stratégies pour optimiser le RAP. Si vous n’avez pas l’argent dans votre REER, vous pouvez faire un prêt-RAP pour déclencher le retour d’impôt de votre cotisation REER. Le prêt consiste à emprunter l’argent pour une période de 91 jours, de le cotiser dans votre REER et au moment du RAP, nous remettons l’argent à l’institution qui nous fait le prêt avec les intérêts durant la période du prêt. À titre d’exemple, si vous avez un revenu de 60 000$ et que vous faite un prêt-RAP de 35 000$, cela vous génère un retour d’impôt d’environ 11 000$ qui pourra vous servir soit pour la mise de fond ou pour la taxe de bienvenue ou les dépenses liées à l’aménagement.

Une autre stratégie consiste à optimiser le remboursement de votre RAP. Vu qu’il ne vous donne pas de retour d’impôt vu que vous l’avez déjà eu, il est intéressant d’utiliser un fond de travailleur comme le Fonds de solidarité FTQ ou le Fondaction CSN. Vous aurez droit aux retours supplémentaires de 30 ou 35% sur votre cotisation, permettant d’avoir quand même un retour d’impôt sur votre remboursement.

Vous pouvez retrouver toutes les informations concernant le RAP sur le site du gouvernement du Canada. Nous sommes aussi toujours disponibles pour répondre à vos questions.

Suivi des marchés

Économie des États-Unis 

Le Nasdaq et le S&P500 ont connu une autre excellente semaine avec des gains de 1,94% et 1,67% respectivement. Ces solides performances hebdomadaires peuvent notamment s’expliquer par le rythme de la croissance de l’emploi qui s’est accéléré lors du mois de juin. En effet, l’économie a généré 850 000 nouveaux emplois le mois dernier, près de 200 000 plus que prévu par les économistes. En avril et mai, la croissance de l’emploi avait totalisé 269 000 et 583 000 respectivement. Malgré ces gains mensuels au sein du marché de l’emploi, une hausse des salaires plus lente que prévu pourrait faire en sorte que la Banque centrale américaine (Fed) garderait ses taux d’intérêt bas et qu’elle poursuivrait ses achats massifs d’obligations sur une base mensuelle pour encore un certain temps.

Style d’actions (croissance vs. valeur) 

Lors du second trimestre, un renversement du leadership du marché américain entre les styles d’action de valeur et de croissance s’est produit. En effet, le « S&P500 growth » a généré un rendement de 11,93% tandis que le « S&P500 value » a généré un rendement de 4,99%. Au 30 juin, le style valeur demeure en avance versus le style croissance avec des performances de 16,30% et 14,31% respectivement.

Quelle est la suite pour Q3 et Q4 2021?

Depuis 1979, le S&P500 a gagné 10% ou plus 14 fois au cours de la première moitié de l’année, et l’indice a continué à gagner en moyenne 6,3% au cours de la seconde moitié de l’année. De plus, le S&P500 a conclu la seconde moitié de l’année en hausse dans 11 de ces cas, soit 79% du temps.

Les mois d’été sont moins généreux en rendements

Finalement, un mot sur l’important indice de confiance des consommateurs du Conference Board.

Ce dernier s’est encore une fois amélioré en juin, après des gains au cours de chacun des quatre mois précédents. La confiance des consommateurs est actuellement à son plus haut niveau depuis le début de la pandémie en mars 2020. L’évaluation par les consommateurs des conditions économiques s’est donc à nouveau améliorée, suggérant que la croissance économique s’est encore renforcée au cours du deuxième trimestre. L’optimisme de ces derniers est soutenu par les attentes selon lesquelles les conditions commerciales et leurs propres perspectives financières continueront de s’améliorer dans les mois à venir.

Forte croissance de l’emploi à venir?

Bien que les anticipations d’inflation à court terme ont augmenté, celles-ci ont eu peu d’impact sur la confiance des consommateurs ou leurs intentions d’achat. En fait, la proportion de consommateurs prévoyant acheter une maison, une automobile et des appareils électroménagers a augmenté, signe que les dépenses de consommation continueront de soutenir la croissance économique. Finalement, les intentions de partir en vacances ont également augmenté, reflétant une augmentation continue des dépenses en services.

Économie du Canada 

Le S&P/TSX a conclu la semaine en hausse de 0,05%, proche de son niveau record et tenant de suivre les gains du côté américain alors que les investisseurs se concentrent sur les perspectives de reprise économique et ignorent un déficit commercial surprise ainsi qu’un léger ralentissement de l’activité manufacturière.

Une escompte jamais vue depuis 20 ans en comparaison au S&P 500

Malgré ce léger ralentissement, sur une base absolue d’activité manufacturière, le Canada est tout de même demeuré en « expansion » lors du mois de juin, et ce, pour un 12e mois consécutif.

Économies européennes et asiatiques 

En Europe, les principaux indices boursiers ont connu une semaine en dents de scie en raison des craintes que les pressions inflationnistes ne provoquent des hausses de taux d’intérêt. De plus, un autre vent contraire a été la propagation de variant, Delta, qui a assombri les perspectives d’une reprise économique. En effet, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde, a souligné le risque de nouveaux variants et leurs effets potentiels négatifs pourraient affectés la reprise économique de la zone euro.

Mise à jour Covid-19 : Le nombre de cas de Covid-19 a augmenté pour la première fois en 10 semaines en Europe, selon le Dr Hans Kluge, directeur régional de l’Organisation mondial de la santé pour l’Europe. D’ailleurs, le Portugal a réimposé un couvre-feu nocturne dans 45 municipalités, dont Lisbonne, afin de contenir la propagation du variant, Delta. Au 2 juillet, selon ourworldindata, le Portugal a un taux de vaccination de 58% (une dose ou plus).

Depuis jeudi dernier, le 1er juillet, le certificat numérique Covid de l’Union européenne est devenu disponible, et à cette date, il avait été adopté par 16 pays.

Inflation (zone euro) : L’indice des prix à la consommation de la zone euro est tombé à 1,9% en juin contre 2,0% en mai, selon une première estimation d’Eurostat. Le taux de chômage est tombé à 7,9% en mai contre 8,1% en avril, mais il est en hausse par rapport à 7,5% en mai 2020.

Finalement, le PMI manufacturier de la zone euro a atteint de nouveaux sommets en juin. En effet, le PMI s’est établi à 63,4, ce qui constitue la valeur la plus élevés jamais enregistrée. 

Au Japon, les marchés boursiers ont conclu la semaine en baisse de -0,97%. Le yen s’est affaibli à son plus bas niveau depuis février 2020. Selon plusieurs médias japonais, les restrictions en raison de la Covid-19 vont être prolongées et les autorités garderont le « quasi » état d’urgence en place. Les cas de Covid-19 dans la capitale ont rebondi notamment au cours des dix jours qui se sont écoulés depuis qu’elle est sortie de l’état d’urgence et passés à des restrictions moins sévères. Rappelons qu’un « quasi » état d’urgence limite le nombre de spectateurs à 5 000 et que les spectateurs d’outre-mer sont déjà interdits pour les Jeux olympiques qui débutent le 23 juillet prochain.

Les ventes au détail et les exportations se redressent bien, la confiance bat de l’aile

Du côté économique, le Tankan business survey de la Banque du Japon a indiqué que la reprise économique japonaise se portait bien grâce à une amélioration du sentiment dans les secteurs manufacturiers et des services. En ce qui concerne le sentiment au sein du secteur non manufacturier, celui-ci s’est également amélioré. De plus, des industries telles que les hôtels et les restaurants ont montré des signes d’amélioration, car les consommateurs se sont adaptés aux conditions sanitaires liées à la Covid-19.

En Chine, les marchés boursiers ont connu une semaine difficile. Jeudi, alors le pays célébrait le 100e anniversaire du Parti communiste au pouvoir, le président Xi Jinping, a prononcé un discours très agressif alors qu’il a averti que si quiconque tentait d’intimider la Chine « aurait le visage brisé et en sang » (will face broken heads and bloodshed). Le président a semblé riposter contre les États-Unis qui ont critiqué les politiques commerciales et technologiques de la Chine, l’expansion militaire et le bilan des droits de l’Homme. La rhétorique dure est également apparue destinées à un public national, mais venant à un moment de vives tensions avec Washington.

Du côté économique, le PMI manufacturier chinois s’est établi à 51,3 en juin, en baisse de 0,7 versus le mois de mai. Il s’agit du 14e mois consécutif d’expansion. En fait, de manière générale, le secteur manufacturier a poursuivi sa croissance stable en juin, malgré certains impacts de la pandémie. La demande et l’offre dans le secteur est demeuré stable, de même que la demande externe. Le marché du travail a continué de s’améliorer et les entreprises se sont montrées très optimistes, avec une mesure des attentes de production future en juin supérieure à la moyenne à long terme. Cependant, les pressions inflationnistes demeurent importantes en raison de la pénurie de matières premières, des prix élevés des métaux industriels et des matières premières énergétiques.

Pause durant l’été

Comme l’an passé, l’infolettre prendra une pause durant le mois d’août à moins d’un événement majeur durant l’été. Nous reprendrons nos publications début septembre à la même fréquence qu’actuellement. Nous restons par contre disponibles durant tout l’été pour faire des rencontres virtuelles et traiter vos demandes.

Bon été à tous.

À propos de l’auteur

admin administrator